Les Lamentations du coyote – Gabino Iglesias

Par Raymond Pédoussaut

Date de publication originale : 2018 (Coyote Songs)
Date de publication française : 2021 – Sonatine
Traduction anglais (États-Unis) : Pierre Szczeciner
Genres : Roman noir, fantastique
Personnages principaux :
Le Coyote, Pedrito, la Mère, Jaime, Alma, La Bruja

La Frontera c’est la frontière qui sépare les États-Unis et le Mexique. Une zone de non-droits où on enlève des enfants pour les vendre. C’est dans ce lieu qu’évoluent six personnages bien différents les uns des autres :
– Le Coyote s’est donné une mission : aider les enfants à passer du bon côté de la frontière. Il a une alliée précieuse : La Virgencita. Elle lui désigne ses objectifs et veille sur lui.
– Pedrito, jeune garçon, ne veut qu’une chose : tuer des miliciens qui gardent la frontière, depuis qu’il a assisté au meurtre de son père par l’un d’eux.
– Jaime, treize ans, sort de prison pour assister au spectacle de sa mère brutalisée par son copain violent. Il lui casse la figure et s’enfuit avec sa voiture.
– Inmaculada, la Bruja (sorcière) est entassée avec beaucoup d’autres gens dans un camion qui va on ne sait où, dans une chaleur torride. Il y a de nombreux morts dont son fils. Elle jure de se venger des hommes responsables de ce carnage, en utilisant ses pouvoirs.
– Alma, artiste afro-portoricaine, fait des vidéos YouTube. Elle cherche la performance qui deviendra virale sur internet. Elle va finalement créer un spectacle dont on va parler.
– La Mère, enceinte, est persuadée qu’une créature maléfique installée dans son ventre en sort toutes les nuits pour accomplir quelque acte néfaste avant de revenir en elle.
C’est une tranche de vie de chacun de ces six personnages qui nous est racontée dans ce roman.

C’est un bien curieux livre, par sa forme et par son fond. C’est un roman Choral où l’auteur présente alternativement chacun des six protagonistes. Ils ont en commun d’être en souffrance et dans le mal-être. Ce sont des personnes marginales et rejetées, en proie à un mélange de désespoir et de rage. On pourrait penser que leurs histoires se rejoindraient à un moment donné. Il n’en est rien, chaque récit reste autonome, leur seul point commun est la région où se passe l’action, la Frontera. C’est un roman mosaïque, formé de six pièces indépendantes qui, une fois assemblées, forment un tout. Mais j’ai trouvé que les six personnages n’avaient pas tous la même force. Le coyote se distingue par sa mission quasi divine qu’il s’attribue : sauver les enfants, tandis que j’ai vraiment eu du mal à accrocher aux délires de La Mère.

La mort est omniprésente, pour lui faire face les personnages font appel aux forces supérieures : La Virgencita pour le Coyote ou les sortilèges pour la Bruja. Il y a là un amalgame de convictions religieuses et de croyances ancestrales aux esprits et au pouvoir de la sorcellerie.

À noter au passage la considération que l’auteur a pour l’ancien président Trump : un de ses personnages l’appelle l’imbécile au visage orange.

Le style de Gabino Iglesias est original et son écriture forte. Les Lamentations du coyote est un roman qui sort des sentiers battus, il peut être déroutant, mais il retient l’attention par son lyrisme sombre.

Extrait :
Quand le pistolet fut assez proche du curé, le coyote retira sa main. Pendant toute l’opération, ses yeux n’avaient pas quitté l’ancien suprémaciste blanc une seule seconde. Les deux hommes venaient des ténèbres et y étaient régulièrement confrontés. Cela les rendait méfiants. Certes, ils s’appréciaient et détestaient le même genre de gens, mais c’étaient également deux loups solitaires avec un penchant pour la violence. Deux loups tout à fait capables de s’entretuer si les circonstances l’exigeaient. Le coyote savait qu’ils vivaient tous les deux dans un monde en dehors des normes et des comportements sociaux habituels. Cela ne lui posait aucun problème, mais il avait conscience qu’il ne fallait jamais qu’il oublie que l’homme à qui il venait de confier son arme avait déjà tué de nombreuses personnes parce qu’elles appartenaient à un gang rival ou à une race différente de la sienne.

Niveau de satisfaction :
4 out of 5 stars (4 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Américain, Fantastique, Remarquable, Roman noir. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.