L’étonnante mémoire des glaces – Catherine Lafrance

Par Michel Dufour

Date de publication originale : 2022 (Druide)
Genre :
Enquête
Personnage principal :
Michel Duquesne, journaliste

Journaliste pendant une vingtaine d’années, Catherine Lafrance a déjà publié trois romans, mais celui-ci est son premier polar. Le début est ardu : on nous présente les principaux personnages dont les traits caractéristiques semblent être la sensiblerie et le sentiment de culpabilité : ce n’est certes pas drôle un incendie où deux adultes et deux enfants périssent, mais de là à ce que les pompiers, les journalistes et même le chauffeur de taxi soient en larmes, ça paraît un peu exagéré. Quant au policier Latendresse, il confie au journaliste Duquesne qu’il travaille sur une histoire liée à l’incendie depuis des mois, et il se flagelle pendant quelques pages pour avoir échappé cette information.

Bon! Ce n’est pas trop grave mais ça commençait mal. Par la suite, l’écriture est plus aisée et les cent dernières pages sont difficiles à lâcher.

Michel Duquesne, journaliste à Montréal, et Anne-Marie Bérubé, journaliste à Saint-Albert-sur-le-Lac, petit village des Cantons de l’Est, qui se sent coupable elle aussi d’avoir causé un accident où sa mère est morte, enquêtent sur l’incendie qui a détruit un logement dans lequel quatre personnes sont décédées. L’origine du feu serait un cocktail Molotov lancé dans l’appartement. Qui a intérêt à tuer qui ? Les journalistes tombent sur un réseau de prostitution, puis sur une association de pédophiles à laquelle participent plusieurs personnalités du village et un groupe de motards. Et on découvre que plusieurs morts déclarées officiellement accidentelles n’étaient pas du tout l’effet du hasard. Anne-Marie, à son journal, est visée elle aussi par un cocktail Molotov. Et, après un petit détour par le Costa Rica, Duquesne est victime d’un attentat où il frise la mort.

Seront alors reliées plusieurs personnes dont on avait fait connaissance : le maire et la directrice d’école, Odile (l’amie de Duquesne) et son jeune témoin, l’entrepreneur Raoul Blanchard, et le maître d’œuvre de cette organisation secrète qui abusait des femmes et des enfants depuis quelques années.

Le sujet n’est pas neuf et n’a pas été choisi au hasard : l’auteure voulait vraiment dénoncer l’exploitation des femmes et des enfants, de même que le silence complice de ceux qui savent et se taisent. La force de l’auteure, c’est d’avoir créé plusieurs petites histoires qui finissent par se connecter les unes aux autres. Dans un polar, c’est toujours une dimension importante. C’est pourquoi même si le roman n’est pas parfait, on peut souhaiter que Lafrance récidive et nous fasse  dans le futur quelques belles surprises.

Extrait :
Les nuages s’éclipsèrent quelques secondes. La lune était claire. Duquesne aperçut enfin le paysage autour. Un désert blanc s’étendait devant lui. Plat. Enneigé et glacé. C’était soit un terrain vague au milieu de nulle part, soit le lac gelé. Comment avait-il abouti là ? Quelqu’un avait conduit la Honda, forcément, puis l’avait installé derrière le volant, auquel il l’avait attaché, alors qu’il était toujours inconscient. Qui était-ce et, surtout, que fabriquait-il, maintenant ? Le chant lancinant du moteur se fit encore entendre, puis s’arrêta de nouveau. Quel était le but de cette curieuse opération ? Chose certaine, tout ça était prémédité.
Il bougea et sentit que ça tanguait autour de lui (…) Il se redressa un peu sur son siège et le même mouvement se répéta. Cette fois, cependant, il entendit également un bruit sourd et lugubre provenant de quelque part en dessous. Quelque chose craquait. La glace (…) Le bruit de moteur reprit et il comprit de quoi il s’agissait : d’une tarière à glace.

Lac gelé

Niveau de satisfaction :
3.9 out of 5 stars (3,9 / 5)

Ce contenu a été publié dans Enquête, Moyen, Québécois. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.