Un cri sous la glace – Camilla Grebe

Par Michel Dufour

Date de publication originale : 2015
Date de publication française : 2017 (Calmann-Lévy)
Traduction :
Anna Postel
Genres :
Psychologique, enquête, thriller
Personnages principaux :
Emma (jeune suédoise), Peter (policier), Hanne (profileuse)

Avertissement : Ne lisez pas la quatrième de couverture, qui met le lecteur sur une fausse piste.

Décembre à Stockholm. Il neige. Bientôt Noël. Dans la riche maison de Jasper Orre, qui dirige un empire de mode, le cadavre d’une jeune femme poignardée est découvert. Et Jasper Orre est disparu.

L’histoire est racontée par trois personnages différents, qui finiront par se croiser : le policier Peter, qui mène l’enquête avec son ami Manfred. La profileuse Hanne, ancienne amie de Peter, qui a déjà enquêté sur un meurtre semblable il y a une dizaine d’années, ce pourquoi on l’a priée de se joindre aux enquêteurs, même si elle est plus ou moins à la retraite. Et une travailleuse dans un magasin de l’empire de Jasper, Emma. Dans son cas, son récit commence deux mois avant celui des deux autres.

Le lien qui réunit ces trois personnages, c’est la disparition de Jasper, recherché par la police à cause du cadavre découvert chez lui, et par Emma pour des raisons personnelles.

Bien qu’il y ait une enquête et qu’on observe de près le travail des policiers, ce n’est pas vraiment un roman policier. Le plus important, c’est l’étude psychologique de chaque personnage principal, ses relations avec ses parents et sa famille, son évolution, ses problèmes et ses tentatives pour s’en sortir.

Pour les amateurs de drames psychologiques, c’est sans doute une étude stimulante. Pour les amateurs de romans policiers, le type de dénouement et la révélation finale ne sont pas acceptables. Pas plus que si on finissait par apprendre qu’un des personnages principaux est un fantôme.

Extrait :
Un plot de signalement portant un numéro est posé près d’un tas de vêtements écarlates. Je distingue une jambe et une botte noire à hauts talons, puis le bas du corps d’une femme. Elle est allongée sur le dos, la tête détournée de moi. Il me faut quelques secondes pour comprendre qu’elle a été décapitée. Ce que j’ai pris pour des habits est en réalité une tête qui gît par terre. Ou, plus exactement, une tête posée par terre, comme si elle avait poussé là.
Comme un champignon.

Stockholm sous la neige

Niveau de satisfaction :
3.9 out of 5 stars (3,9 / 5)

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Enquête, Moyen, Psychologique, Suédois, Thriller. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.